la FIN de MoCCAM !!!

Parler de séisme serait de mauvais goût, mais cette nouvelle* annoncée hier soir, sur son site, par Quentin Chevillon (que nous remercions au passage pour son œuvre de bienfaisance) est une véritable calamité pour bon nombre de bibliothèques et centres de documentation qui avaient choisi ce système** gratuit de téléchargement de notices UNIMARC, permettant en particulier de récupérer des notices sommaires Amazon, après interrogation (dans ce cas négative) du serveur BNF.

Quelles sont donc les solutions qui s’offrent à nous ? Je n’en vois pour ma part que des mauvaises (à défaut d’un miracle***), soit les suivantes :

  • Reprendre le catalog(ouill)age, autrement-dit, involuer
  • Ne plus acheter de nouveautés et récupérer ainsi directement les notices BNF…
  • Payer ! … en choisissant l’un des 3 fournisseurs actuels (tels que rappelés par Q. Chevillon), soit Electre, Zebris ou Tite-Live. La décence et la neutralité de Bambou…

Bref, Haut les cœurs !

*dont voici, en raccourci, le contenu :

« Chers utilisateurs de moccam-en-ligne,
j’ai reçu cette semaine un courrier d’Amazon m’annonçant qu’ils ne souhaitaient plus que les données de leur catalogue soient exploitées via moccam-en-ligne.
J’ai donc le regret de vous annoncer la fin du service moccam-en-ligne, en tout cas tel que vous le connaissiez.
Certes, on peut toujours l’utiliser pour récupérer les notices de la BNF, mais à mon sens, ça a peu d’intérêt car on n’y trouve pas de nouveautés (avec lesquelles travaillent pour l’essentiel les bibliothécaires).
Moccam-en-ligne est utilisé régulièrement par plus de 10.000 bibliothécaires. Chaque mois, 500.000 notices bibliographiques sont téléchargées (sans parler des notices autorités et du monitoring).
Moccam-en-ligne a permis de démocratiser la récupération de notices, particulièrement auprès des petites bibliothèques qui n’avaient pas les moyens d’utiliser Electre.
A ma connaissance, il n’existe pas d’autre site gratuit qui propose les mêmes services, même si naturellement, vous pourrez vous tourner vers des sites payants comme Electre, Zebris ou Tite-Live.
Je suis naturellement déçu que cette aventure s’achève, mais je n’en veux pas à Amazon. Après tout, c’est une société commerciale, et ils n’ont pas à prendre à leur charge le financement des missions de service public.
Lorsqu’ils ont lancé leur politique de WebServices, leur objectif était de disséminer au maximum leurs données afin d’attirer du trafic vers leur site. C’est pour ça qu’ils ont toléré un service comme moccam-en-ligne qui n’avait clairement pas une vocation commerciale.
Aujourd’hui, ils resserrent les boulons. C’est dommage pour les bibliothèques, mais j’ai toujours su que ça risquait d’arriver.
Je suis désolé pour les bibliothèques qui utilisent moccam-en-ligne et qui vont devoir trouver une autre façon de travailler. J’espère qu’elles pourront continuer à utiliser la récupération de notices qui reste, à mon sens, la manière la plus rationnelle et la plus économique de cataloguer.
Plus que jamais, on peut regretter que les collectivités concernées par la lecture publique (état, départements, communes) ne soient pas capables de fournir à la BNF ce petit supplément de crédit qui lui permettrait de cataloguer les ouvrages dès leur parution et d’adjoindre à la notice un résumé et la 1ere de couverture.
Au lieu de ça, nous continuerons, chacun de notre côté, à acheter fort cher des informations bibliographiques de base, ou bien à les saisir nous-mêmes dans nos bases de données. Dans tous les cas, c’est un formidable gaspillage d’argent public.
Bonne continuation à tous ! »
Quentin CHEVILLON
Administrateur de moccam-en-ligne

** Moccam effectuait les opérations suivantes :

  1. Recherche de l’ISBN dans la base fusionnée (= export régulier des notices BNF vers le serveur de Moccam)
  2. En cas de réponse négative, recherche dans le serveur Z 39.50 de la BNF (ou d’autres bibliothèques du réseau Moccam)
  3. Si notice non trouvé, recherche sur Amazon (notice primaire)

*** la BNF recrute de nouveaux catalogueurs (et/ou produit un niveau de notice sommaire) pour augmenter sensiblement la fréquence de fourniture de ses notices aux bibliothèques publiques

Publicités

10 Réponses

  1. […] billets les + consultés Bibliothèques en vidéo la FIN de MoCCAM !!!Koha : le SCD Lyon 2 répond à Bamboula Fiche domaine V3Poldocla mediathèque de Sendaï au moment […]

  2. @ Dominique
    « NOS acquéreurs » ? Est-ce une faute de frappe ?…car dans le cas contraire, je ne peux répondre à cette question…
    S’il faut entendre « nos » par « vos », voici le dispositif que nous adoptons à la MIOP, en utilisant Koha :
    Plusieurs possibilités sont offertes pour saisir une commande de livres dans le module d’acquisitions.
    – à partir d’une notice existant déjà dans la base
    – à partir d’une suggestion de lecteur
    – à partir d’une grille de saisie
    – à partir d’un serveur Z3950 : connection au serveur de la Bnf et du Sudoc, permettant d’importer directement des notices.
    – à partir d’un programme d’importation de notices, sous forme de fichiers Iso 2709 sur le site en ligne Moccam. Ce programme permet(tait) d’importer les notices Bnf si elles étaient déjà saisies. En cas de réponse négative, il importait une notice sommaire Amazon.
    C’est donc cette dernière disposition qui est rendue caduque. Nous pouvons donc évidemment toujours dériver des notices BNF mais les nouveautés (= publications très récentes en librairie) ne sont en général pas encore cataloguées par cet établissement (en moyenne 2 à 3 mois après parution). Le problème est donc de renseigner a minima le catalogue durant cette période intermédiaire, avant écrasement complet de la notice dès création dans le réservoir BNF
    @Catherine
    Ce serait effectivement, pour les notices simplifiées, le meilleur dispositif à adopter. Mais plutôt que chaque bibliothèque négocie isolément ce service avec son (ou ses) libraires, le mieux serait de disposer d’une plateforme commune (gratuite, cela va de soi). 2 options méritent, nous (Quentin, d’autres collègues ou libraires et moi-même) semble-t-il, d’être étudiées :
    – Dilicom = service interprofessionnel destiné avant tout aux distributeurs et aux libraires, constitué en particulier d’une base de plus d’1 million de références. Une belle occasion de jeter des ponts entre les libraires et les bibliothécaires !
    – Tite-Live (médiabase) = les contacts sont pris…

  3. Pourquoi ne pas imaginer que nos fournisseurs nous donnent accès aux notices des ouvrages que nous leur achetons ?
    Tout à fait d’accord sur le fond avec Quentin Chevillon sur le constat : « c’est une société commerciale, et ils n’ont pas à prendre à leur charge le financement des missions de service public. » C’est précisément là que le bât blesse une fois de plus : pas de moyens pour assurer correctement une mission de service public !
    Une pétition ne changera sans doute rien mais cela constituerait un soutien pour MOCCAM.

  4. parmis nos acquéreurs,. qui utilisait Moccam en ligne pour récupérer les notices Amazon?
    la récupération des notices BNF est-elle remise en cause ?

  5. Je ne suis pas autant attristé par la décision d’Amazon que par les conséquences sur MoCCam sur lesquels je ne vois pas tous les liens.

    Dans la bibliothèque où je travaille, nous ne récupérions jamais les notices Amazon qui sont trop succintes et pas toujours bien formées (pour la même raison, nous n’importons pas d’Electre, même si c’est mieux qu’avant).

    Je trouve dommage par contre la fermeture du portail, qui il me semble ne devait pas reposer que sur les services Web d’Amazon. Au pire on perdait les résumés, mais on pouvait voir un peu les tendances dans les autres bibliothèques, et surtout les commentaires des utilisateurs de Moccam.

    Au final, il faudrait aussi que ces informations ne soit pas gardées si jalousement par les éditeurs qui ne font pas plus d’efforts pour les rendre accessibles et surtout librement utilisable (là on en est loin).

    Au final, les velléités mercantiles des acteurs du secteurs pénalisent tous les mondes pour le services de base.

    Des initiatives comme Worldcat devrait être de plus en plus encouragé, mais avec un résultat plus ouvert (Worldcat n’étant pas libre, ni toujours gratuit).

    On peut tout de même noter que la BNF met de moins en moins de temps à fournir ses notices (2-3 mois pour pas mal de livre, contre minimum 6 mois il n’y a pas si longtemps). Mais les catalogues collectifs (et enrichis) publié sous licences ouvertes seraient pour moi l’avenir.

  6. @cyrz
    Quels que soient l’outil ou la moulinette, le problème reste le même : dès lors qu’Amazon refuse la récupération de ses données (y compris d’ailleurs via son contrat web services, qui se limite désormais aux sociétés commerciales), la messe est définitivement dite, à moins bien sûr de faire prendre le risque à sa collectivité…

  7. Cette démarche n’est évidemment pas exclue (même si le temps de la réflexion + consultation + décision + mise en application…) mais il faut quoi qu’il en soit et dès cette semaine, intégrer ses nouveautés au catalogue. Et à la MIOP, les nouveautés arrivent tous les jours, en grand nombre…

  8. Fidèle de Moccam, que j’évoquais dans l’ouvrage « C’est fou tout ce qu’on peut faire au CDI », je perçois aussi cette nouvelle comme une catastrophe. Ne peut-on envisager une pétition pour demander une intervention (aide) des services publics, ou du moins les bousculer un peu ?

  9. Par rapport à :
    « la BNF recrute de nouveaux catalogueurs (et/ou produit un niveau de notice sommaire) pour augmenter sensiblement la fréquence de fourniture de ses notices aux bibliothèques publiques  »
    je tiens à préciser, sans avoir aucun moyen de vérifier que l’argument est sincère et vrai, que la BNF affirme cataloguer « très rapidement » les documents lorsque le dépôt légal est fait, mais que certains éditeurs ne transmettent le dépôt légal que par paquet « trimestriel », ce qui fait qu’évidemment, 1- la nouveauté est légèrement frelatée et 2- la caisse contient une multitude de nouveautés qui, du coup, mettent plus longtemps à être cataloguées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s