Camus l’intime, notre nouveau dossier

© mi.eterno.fugaz

En même temps que la diffusion rituelle de ses Tops5 annuels, la MIOP publie en cette fin d’année 2013 son dernier dossier numérique,  une production tout à la fois synthétique et richement documentée, réalisée par 2 collègues du département Langues et Littérature du réseau Ouest Provence, Marie-Hélène Cathala-Fairet (responsable du domaine « Littérature française ») et Magali Roman (responsable du domaine « Littératures de l’imaginaire »), qui rendent ainsi hommage à « Camus l’intime« , dans le cadre de la commémoration du centenaire de sa naissance.

Une production documentaire dont voici, en guise de mise en bouche, la fervente introduction :

« Il aurait eu cent ans le 7 novembre. En cette année commémorative, nombre d’hommages ont été rendus.

Camus : le sportif émérite, le résistant des premières heures, le fervent opposant à la peine de mort ou encore le communiste repenti… De lui, sans doute connaissions-nous déjà la révolte chevillée à l’âme, l’engagement humaniste inaltérable du journaliste et de l’écrivain, la philosophie sur l’absurdité de la condition humaine, qui jalonne son œuvre couronnée par le Nobel de Littérature en 1957.

Mais, au-delà de cette image publique, souvent teintée d’austérité, que savons- nous du “pauvre parmi les pauvres, de l’enfant parmi les enfants” de ce quartier Algérois de Belcourt, comme le décrit son ami Jean Daniel dans son documentaire “La tragédie du bonheur”?

De cet écolier miséreux et brillant ? De cet adolescent tuberculeux et pourtant tellement épris de soleil et de sensualité ? De cet homme incorrigiblement amoureux et si terriblement douloureux  ?

De ce père bienveillant et rieur, pétri des valeurs que confère la dignité des humbles ? De cet ami fidèle et débordant de vie, compagnon de fête, amateur inconditionnel de danse et de plaisanteries ?

De ce méditerranéen en exil perpétuel et qui n’aura de cesse de retrouver les lumières du pays de l’enfance ?

Lever le voile, envisager l’homme privé, c’est ce que ce dossier vous propose : entrevoir l’intime, deviner Albert au-delà de Camus, dans son infatigable quête du bonheur, dans son inépuisable révolte contre tout ce qui pourrait empêcher l’homme d’être heureux…

Nous ne pourrons que constater, alors, leur lien inextricable, Albert attaché à Camus, Camus à Albert, dans une limpide réalité : l’indéfectible fidélité à SOI. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s