recyclage : papier vs numérique

Vu sur La petite passerelle, cette petite vidéo pédagogique sur le « match » entre le livre papier et le livre numérique en matière de recyclage

Nos ateliers web : la plaquette programme

Pour celles et ceux qui souhaitent mettre en place des ateliers web dans leur(s) médiathèque(s), voici un exemple de contenus et de programmations d’ateliers, accessible sous cette forme imprimée (plaquette-programme diffusée ubi et orbi sur notre réseau) ou bien sûr directement sur la page ad hoc du portail de la MIOP.

Rappelons que chaque atelier s’appuie (en complément de la fiche pédagogique du formateur) sur l’élaboration d’un dossier documentaire numérique spécifique, permettant aux personnes formées de poursuivre individuellement leur découverte et/ou leur apprentissage dans le domaine considéré.

NB. Des ateliers web en direction des enfants sont en cours de construction, pour une mise en service en septembre 2010

le p’tit lien (vert) du week end

Le réseau de la MIOP étant fortement engagé dans le développement durable (de la gestion du pilon …aux logiciels libres), c’est notre « naturelle » recommandation du week end, ce site de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), qui vous apprend tous les gestes à adopter au quotidien pour réduire vos déchets, que vous soyez une entreprise, une Collectivité ou un simple citoyen.

Voyager autrement

Réalisant que nous avons omis (un excès de modestie ;)) de vous présenter le nouveau service portail de la MIOP, intitulé « nos dossiers documentaires numériques » et qui présente, de manière synthétique et dynamique, des sujets ou problématiques pouvant intéresser nos usagers et partenaires, je vous recommande tout particulièrement ce dernier « opus documentaire » (réalisé par Nadine Ménouret, responsable du domaine « géographie-voyage ») qui vous invite*, à l’occasion de cette grande parenthèse estivale, à « voyager autrement« …

* en vous livrant son billet introductif : « Le tourisme est la première industrie de la planète. La rapidité des transports, la représentation préconçue du monde sous toutes ses formes (images, cartes, informations…) ont à la fois ouvert et restreint nos horizons. Selon l’anthropologue Marc Augé, le développement du tourisme de masse aurait contribué à rendre impossible le voyage : « celui que nous ne ferons jamais plus, celui qui aurait pu nous faire découvrir des paysages nouveaux et d’autres hommes ». De surcroît, la multiplication des flux touristiques est parfois lourde de conséquences sur les populations locales et sur l’environnement. Une prise de conscience au niveau international a favorisé l’émergence d’acteurs engagés dans d’autres formes de tourisme : tourisme solidaire, tourisme équitable, éco-tourisme. […] Peut-être rouvriront-elles des possibles, pour que le voyage ne soit plus une simple vérification mais retrouve son sens, car « on voyage pour changer, non de lieu, mais d’idées ».  Hippolyte Taine «